L'Aventure Solarienne : le commencement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Aventure Solarienne : le commencement.

Message  Su-Zui le Jeu 30 Juin - 3:42

"C'est par cette présente que je vous signale mon départ. Je pars à la conquête de la vision, de l'approche olfactives des terres du continent. C'est une bien courte missive, mais j'ai tant à faire que je ne puis m'empêcher de m'envoler pour des cieux radieux."

Sur ces quelques mots laissés à qui voudrait les lire, il attrapa une besace en cuir qui traînait dans une malle, et y plaça une grande fiole à la contenance pourpre et odorante. C'est ainsi que notre inconnu plein de vigueur s'élança, sur l'île de Pandala, pour rejoindre ensuite au plus vite le continent.

Un jour plus tard.

Il serra fermement le poing, se concentra et frappa de toutes ses forces. La créature, massive comparée au corps de l'individu, s'affaissa et finit par s'écrouler sur son flanc.
Su-Zui s'essuya d'un revers de main le front. Quel exercice fatiguant que de mettre au tapis ces bouftous ! Il fallait parcourir les plaines, en apercevoir un, et espérer (si d'autres aventuriers ne l'avaient pas déjà remarqué) le prendre à revers.
Le jeune pandawa s'adonnait à ce rituel depuis le début de la matinée. Il avait quitté son île natale pour la découverte, et les joies du voyage, et l'espérance de boissons fortes pour sa gorge. Il se devait d'aller à l'encontre de nombreuses cultures, de goûter à tout liquide qui pourrait se contenir dans une bouteille. Mais pour cela, il avait besoin de connaissances, de capacités physiques et mentales.
Il ouvrit sa besace encore vide et y plaça la laine du monstre qu'il venait d'achever. Il se sentait déjà plus fort, comme si rien ne pouvait lui résister, et il décida de s'avancer vers le petit bois qui se présentait à lui, au loin.
Après quelques longues minutes de marche, il arriva à proximité du bosquet, bien plus gros qu'il n'y paraissait auparavant.

- Dois-je y entrer ? Non... Au final je n'y suis pas obligé. Mais je ne saurais donc jamais ce qui s'y trouve. Dilemme. Allez, tant pis, j'entre !

Après une courte hésitation, c'est sous le masque de l'inquiétude que le jeune Pandawa se décida. Le sentier sinueux semblait percer jusqu'au coeur de la forêt. Avide d'en finir rapidement avec cet entraînement rébarbatif, il courut prestement.
Le bois était totalement silencieux. Su-Zui ralentit sa course et observa les alentours. Rien à signaler. Le calme régnait, et c'est justement ce qui lui semblait anormal pour un endroit peuplé d'êtres vivants.
Porté par ses jambes tremblantes, il arriva dans une partie du bois un peu plus dense, où la cime des arbres effaçait une lumière pourtant rassurante. Il porta à ses lèvres une flasque, pour se réchauffer, rien de plus. Pour tenter d'effacer ses craintes aussi, certes.

- La lumière, elle nous guide tous. Doit-on avoir peur du noir car on n'y voit pas ou bien car nous n'y sommes pas habitués ? Si le monde était plongé dans l'obscurité, aurions-nous peur, ou par habitude serions-nous confiants d'une évolution dans le sombre ?

La Pandawa fut tiré de ses réflexions futiles et inutiles par un craquement sur sa gauche, à plus ou moins cinq mètres. Il grimpa alors dans l'arbre le plus proche pour tenter d'apercevoir ce qui avait émis ce bruit, sans pour autant prendre de risques.
Une larve, verte, bien grasse et luisante, se dandinait avec frénésie sur un lit d'herbe.
Su-Zui l'observa longuement, et se lança, après avoir au préalable ingéré le contenu de sa flasque.
La créature n'arrivait que peu à coordiner ses mouvements, et c'est d'un grand coup de poing enflammé que le jeune homme mit fin à ses vains efforts. Il récupéra sur le cadavre ce qu'il y avait à récupérer et suivit le sentier qui semblait déboucher vers un endroit clair, où les rayons solaires dansaient. Il titubait un peu, et faillit manquer de tomber plusieurs fois. Les arbres s'en souviennent encore.
Il prit aussi un temps fou à analyser le panneau taillé dans le bois qui indiquait plusieurs chemins à la végétation diverse et variée.

- A..Abustr... ! Atubrst ! Atrusb... Astrub !

Et c'est après avoir fait trois tours sur lui-même que Su-Zui prit une route caillouteuse. Soucieux de l'état de ses pieds douloureux. Il s'arrêta un moment sur l'herbe pour faire un somme.
avatar
Su-Zui
Kanigrou errant

Nombre de messages : 106
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Aventure Solarienne : le commencement.

Message  Elliw le Dim 10 Juil - 10:03

A quelques centaines de mètres du Pandawa, un inconnu banda son arc. Il amena l’empennage de la flèche contre sa joue, visa et ouvrit la main. Parfaitement ajusté, le projectile mortel fusa vers le bouftou qui s’était aventuré trop près de la ville. L’animal poussa un mugissement de douleur, s’affaissa et ne bougea plus.
Quelques instants plus tard, Elliw finissait de dépouiller la bête lorsqu’il aperçut le Pandawa. Intrigué, il s’approcha. Si cet aventurier restait là trop longtemps, il allait finir par se faire dévorer par l’un des monstres de la forêt !
Le jeune Crâ s’approcha du dormeur et le secoua énergiquement. Croyant être attaqué, celui-ci brandit un poing enflammé et Elliw fit un bond en arrière. Quand le Pandawa se rendit compte de son erreur, il s’excusa platement et lui offrit de déjeuner avec lui.
Au fil de la conversation, le Crâ apprit le nom et l’origine du Pandawa. Il voulut tout savoir sur Pandala et sur Su-Zui, puisqu’il se nommait ainsi.

C’est ainsi que, après avoir partagé un repas frugal et une longue conversation, les deux nouveaux compagnons se dirigèrent vers la ville.



L’agitation qui régnait à Astrub étonna Su-Zui, car il avait rarement vu de grands rassemblements d’aventuriers sur sa terre natale. Or, le Zaap était pris d’assaut par des dizaines de marchands à la criée, de mendiants et de voyageurs, tout comme la banque.
Elliw, habitué à la cohue, lui montra les différents endroits de la ville, mais finit par lui avouer qu’il s’ennuyait, car il vivait là depuis trop longtemps. Il souhaitait partir à la découverte du monde et vivre une vraie aventure. Mais il était trop faible, à lui seul, pour quitter la civilisation sans danger. Su-Zui lui proposa alors de s’associer à lui pour voyager à travers le Monde des Douze. Enchanté, Elliw courut rassembler ses maigres possessions et préparer son départ.



Le lendemain, à l’aube, les mercenaires qui gardaient Astrub furent surpris de voir passer un Crâ et un Pandawa, parfaitement éveillés, qui quittaient la ville en direction des plaines, l’air joyeux et un chant aux lèvres.
avatar
Elliw
Ouassingue délavé

Nombre de messages : 204
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Aventure Solarienne : le commencement.

Message  Kaallen le Dim 15 Jan - 4:39

J'attends la suite avec impatience Smile

_________________
"Une envie de s'allonger dans la verdure et de regarder le ciel, pour s'y perdre et s'y reposer comme un nuage"
avatar
Kaallen
Dragoeuf à la coque

Nombre de messages : 382
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Aventure Solarienne : le commencement.

Message  Az-ticot le Dim 15 Jan - 5:19

T'as qu'a ecrire la suite Kaal, genre un sram fourbe, cupide et sournois qui tente De voler la bourse aux deux jeunes aventuriers intrépides x)
avatar
Az-ticot
Crocodaille dandy

Nombre de messages : 327
Age : 23

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Aventure Solarienne : le commencement.

Message  Su-Zui le Jeu 14 Juin - 13:57

L'herbe où s'était assoupi le disciple de Pandawa était grasse et confortable, ô combien propice à un sommeil réparateur.
Cependant, les cauchemars étaient au rendez-vous, sans qu'il n'y put rien faire.

Une vaste caverne silencieuse se matérialisa, suffisamment sombre pour brouiller les sens de quiconque et faire frissonner Iop lui-même. L'antre n'avait rien de particulier au premier abord : les parois vétustes soutenaient avec peine une voute massive, sur laquelle s'étendaient moultes fresques, qui avaient perdu leurs couleurs châtoyantes et l'attrait qui les avaient sans doute autrefois illuminées.
Quelques lanternes, inaltérées par le temps, irradiaient faiblement de leur lumière orangée la vaste pièce.
Le regard à la fois avide de savoir et méfiant de Su-Zui n'eut pas le temps d'être comblé que celui-ci se posa sur ce qui devait être le centre de la pièce, où gisait une personne.

La méfiance laissa place à sa consoeur la crainte, et c'est les jambes vacillantes qu'il essaya de s'avancer.

La personne émit une brève plainte, avant de tourner son visage vers le nouvel arrivant. Son visage sembla s'éclaircir quelque peu, malgré ses traits, usés par la fatigue ou la solitude peut-être.

- Te... te revoilà enfin.

Puis tout bascula, l'obscurité laissa tomber son voile et le soleil du Monde des Douze repris le dessus. Ebranlé par ce qui venait de lui arriver et par un étranger qui le bringuebalait de bas en haut, le tirant des limbes de son repos, le Pandawa ne répondit plus de rien et lança énergiquement son poing droit en direction de l'individu, dans un sursaut ensommeillé.

- Je ne suis certainement pas un poirier !

L'autre évita vivement l'assaut, bondissant en arrière.
D'habiles réflexes, un regard avisé et perçant, une chevelure ordonnée et deux oreilles parfaitement dessinées qui pointaient au travers des mèches, pas de doute : Su-Zui avait affaire à une disciple de Crâ. Elle semblait cependant décontenancée : elle ne cherchait nullement l'affrontement et il l'avait attaqué comme une brute épaisse.

- Ah... Eh bien... Comment dire... C'est un malentendu ! Veuillez m'excuser !
- Oh, ne vous en faites pas, je m'inquiétais de vous voir dormir auprès de cette forêt, on dit que de redoutables créatures y rôdent, et je voulais vous éviter quelques ennuis. Je comprends qu'être tiré de son sommeil n'est jamais très agréable.

Surpris par la gentillesse de son interlocutrice, il compléta :

- Oh, de ce sommeil-ci, ça ne peut être que préférable. Comment puis-je me faire pardonner ?
Il marqua un bref temps de réflexion.
- Ah, je sais ! Je suis sûr que votre estomac crie famine ! Il est déjà midi et demi passé ! En parlant de demi, il doit bien y avoir une auberge dans la petite cité que l'on aperçoit là-bas, ça fera un parfait digestif à notre repas.

Sur ces mots, il sortit de sa besace une miche de pain qu'il avait achetée le matin même, un flacon rempli à moitié d'un liquide pétillant à grosses bulles et entreprit de faire griller l'énorme cuisse coupée avec soin sur une de ses cibles laineuses du matin.

- J'ai aussi un peu de chair de larve, mais je ne sais pas ce que ça vaut.

Voyant la jeune Crâ changer de teinte pour se rapprocher du vert pâle de celui de la larve, Su-Zui en conclut que le mets n'était pas des plus fins et appétissants.
En revanche, la conversation, à l'instar du repas était exquise, les deux jeunes aventuriers contents de trouver quelqu'un avec qui entretenir une discussion plaisante, chose qui manquait terriblement quand on passait sont temps à courir après des bouftous.
Le ventre bien rond, les deux compagnons se dirigèrent ensuite vers la cité, qui profilait ses quelques tours non loin de là.

Elliw (c'était son nom) semblait bien connaître les recoins de la cité, elle lui en avait peint tout un tableau oral et éveillé la curiosité du jeune disciple de la Grande-ourse-qui-mousse.
Arrivé sur place, ses sensations n'en étaient que plus exacerbées par l'excitation ambiante. Tout était fidèle au récit de la Crâ : l'auberge, où se massaient les gosiers desséchés ; la tour des métiers, où se rendaient les artisans de tous les horizons ; le zaap, machine à voyager, tellement bruyant de ses aventuriers en quête d'une richesse dite "des fainéants" comme l'avait si bien qualifiée Su-Zui, cherchant à attirer les kamas dans leur bourse sans bouger, attendant que le portail charrie de nouveaux arrivants venus des contrées les plus dangereuses pour leur hurler dessus et réclamer quelques kamas, la monnaie des Douze...
Ils passèrent ensemble le restant de leur après-midi, passant en revue les boutiques les plus alléchantes où d'autres personnes venaient s'essayer à une nouvelle épée, un nouveau ceinturon plus efficace, aux pouvoirs tous plus incroyables les uns que les autres. Un Ecaflip avait même mis le feu à sa moustache voulant essayer une baguette !
Les deux camarades aspiraient à une vie similaire à celle de tant d'autres qui les avaient précédés, une vie d'expérience, de quêtes, de voyages, s'imaginant avec plaisir les facéties et sombres pièges que le Monde de Douze avait tissé de lui-même, sans pour autant bouger de leur échoppe !

- Et alors les p'tits jeunes, on n'arrive pas à se décider ? questionna le tailleur chargé de la vente.
- Eh bien si, pour moi ce sera ça. répondit mélancoliquement le Pandawa, pointant du doigt une magnifique coiffe qui lui faisait envie comme jamais, depuis son entrée dans le magasin, une magnifique Dora sombre de Brave.
- Pour ma part, j'ai déjà de quoi faire ! dit Elliw en souriant.

Peu après, les deux acolytes s'assirent près du lac d'Astrub, calme malgré l'heure avancée de la journée.

- Dites-moi Elliw, seriez-vous partante pour aller visiter ce que ce monde a de meilleur ?
- Et comment ! Nous pourrions même partir à la recherche des Dofus !
- Les quoi ?
- Les Dofus voyons, les six oeufs de dragons aux pouvoirs légendaires ! Je vous amènerai un ouvrage concernant ces croyances à l'aube, demain.
- Où devrais-je vous retrouver ? Je vais aller passer la nuit à l'auberge plus loin, et préparerai mon maigre équipement pour le lendemain.
- Retrouvons-nous à la première heure du jour à la porte ouest d'Astrub.
- Entendu. Je vous souhaite une bonne soirée.

Sur ces mots, il prit congé et se dirigea d'un pas assuré vers la taverne de la cité, ou il vida goulûment une large chope d'une bière au goût particulier, celui du dessein.
La suite de la soirée s'engagea autour de parties de cartes endiablées, de verres à n'en plus finir, et c'est dans le plus heureux des hasards que Su-Zui réussit à gagner son lit sans que l'argent ne lui fît trop défaut après que la foule mouvementée de la taverne se fut groupée autour de sa table de jeu où se disputait un jeu tordu.

Le lendemain, c'est avec un mal de crâne qu'il s'éveilla, qui disparut aussitôt qu'il était apparu quand le Pandawa pensa à la journée qui l'attendait. Il effectua sa toilette, ramassa les breloques remportées la veille qu'il rendit au patron contre une pinte, économisant ainsi quelques kamas, coiffa son chapeau avec fugacité et sortit avec empressement dans Astrub encore endormie. La porte ouest n'était plus très loin, et il aperçut la Crâ, ponctuelle, qui l'attendait, trépignant d'impatience.
Après un rapide salut enthousiathe, et la remise de l'oeuvre retraçant l'histoire des Six, ils coururent en dehors de la cité, pour le plus grand étonnement des mercenaires de garde sur les remparts.
Ils marquèrent une pause à leur course effrénée que lorsque leur jambes encore peu aguerries ne pouvaient plus les soutenir. Enivré des senteurs du matin et de la rosée du bois, le Pandawa s'allongea dans un tapis de mousse, essayant de retrouver son souffle.

- Dites-moi, nos sommes à l'orée d'une forêt, y êtes-vous déjà entrée ? Quelles créatures la peuplent ?

Il entendit à peine la réponse d'Elliw, son attention captée par le rapide silence qui venait subitement de s'installer. Plus rien, les mélodieux chants des oiseaux s'étaient tus, même le grognement lointain d'un sanglier avait disparu.
Sans pour autant perdre son sang froid si vite, Su-Zui s'adossa à un arbre qui aurait paru presque vivant s'il avait été en état d'ébriété, essayant d'analyser ce soudain tumulte feutré.

- Hum... Qu'en pensez-vous ? C'est ma foi étrange, non ?

___
[HRP : Elliw, voilà ma réponse, j'ai mis moins d'un an, record battu.
Tu m'excuseras, j'ai fait parler ton personnage, à l'avenir ça ne se reproduira plus, mais là, j'avais besoin de relater pas mal d'évènements.]
avatar
Su-Zui
Kanigrou errant

Nombre de messages : 106
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Aventure Solarienne : le commencement.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum